Portrait Karl LAQUIT

Biographie

Karl Laquit débute dès le plus jeune âge son parcours musical par l’apprentissage du chant choral et du piano.

Au cours de son année d’étude au M.A.I (Music Academy International) de Nancy, il rencontrera Sophie Norton qui lui conseillera d’entrer dans un conservatoire. C’est après cela qu’il se consacrera à la musique à temps plein en intégrant le CRD Gautier d’Epinal. Il y passera son DEM dans la classe de chant de Robert Boschiero.

Suite à un concours, il rencontra Elena Vassilieva. Il travaillera avec elle d’abord sur sa voix de haute-contre à la Française avec notamment le rôle de « Platée » de Rameau ainsi que celle de contre-ténor. Ensuite, sa voix de ténor avec des rôles tels que Belmonte dans « Die Entführung aus dem Serail » de Mozart ou alors le ténor italien dans « Der Rosenkavalier » de Strauss.

Ténor contemporain, tantôt haute-contre, tantôt contre-ténor sopraniste, il est doté d’une hyper tessiture et voué à la virtuosité.

Un artiste salué par la critique

Fort de plusieurs master-classes internationales, et de plusieurs distinctions (Concours de la CMF, concours artistique d’Epinal), il intégra le CNSM de Lyon.

Parallèlement à ses études, il commença à travailler avec l’ensemble « Les siècles romantiques » de Jean-Philippe Dubor. Il chanta avec cet ensemble, entre autres productions, les « Carmina Burana » de Orff, le « Stabat Mater » de Rossini ou encore les « Messa di Gloria » de Puccini et Rossini. Celle de Rossini, création Auvergne Rhône Alpes datant de janvier 2018. Elle a été largement saluée par la critique notamment pour la virtuosité et les suraigus.

Avec « GerMANIA », le compositeur Alexander Raskatov offre la possibilité à Karl Laquit de faire ses débuts à l’opéra de Lyon. Surtout, pour un rôle écrit sur mesure pour sa voix, celui du « Géant Rose ». Ce rôle extrêmement technique et doté de très nombreux suraigus a provoqué dans la critique de nombreuses réactions. Nous avons pu lire des expressions telles que « tessiture inhumaine » et « aigus stratosphériques ».

Pour la saison à venir, Karl chantera divers récitals ainsi que le « Stabat Mater » du compositeur Théodore Gouvy avec l’ensemble « Les siècles romantiques ».

Karl LAQUIT Portrait

Répertoire

Découvrez le répertoire du ténor contemporain Karl LAQUIT